Gaufres légères de fête foraine Recette

Je n’ai pas beaucoup pratiqué les fêtes foraines — je crois être allée juste une fois à la Foire du Trône avec mon amie Emilie quand j’avais une dizaine d’années — mais j’ai fréquenté assidûment le Jardin d’Acclimatation pendant toute mon enfance, grâce à mon père qui nous y emmenait ma soeur et moi tous les dimanches matins (le super Papa : nous, on était ravies, et ma mère devait être bien contente aussi !).

Entre une balade sur la Rivière Enchantée (je garderai toute ma vie dans les narines cette délicieuse odeur d’eau un peu croupie et de saules pleureurs) et une partie de boum-tap (mais si, le jeu où il faut taper avec un maillet sur les têtes de monstres qui apparaissent et disparaissent au hasard), nous avions droit à un petit en-cas dans l’un des snacks du Jardin.

A n’importe quel âge, tout le monde adore l’idée d’une gaufre frétillante de fraîcheur, et guette l’ouverture du gaufrier avec des yeux d’enfant.

Et c’est de là que je tiens mon goût pour le type de gaufres légères que l’on trouve dans les baraques de forains : croustillantes à l’extérieur, moelleuses à l’intérieur, fumantes dans le froid des matins d’hiver. Toutes sortes de garnitures étaient proposées, mais nous choisissions toujours le généreux saupoudrage de sucre glace, qui nous laissait le bout du nez tout blanc dans notre gourmandise.

Cela fait des années que je n’ai plus acheté une telle gaufre, même s’il m’est arrivé d’être tentée en humant leur bonne odeur devant les stands des Grands Boulevards ou celui qui est accolé au manège où j’emmène aujourd’hui mon fils. Mais en recherchant des idées de recettes pour utiliser mon beau gaufrier, je suis tombée sur cette formule prometteuse sur le blog de la styliste et auteur culinaire Isabelle Guerre.

Ladite recette, ainsi que les précieuses indications de l’auteur, a largement tenu ses promesses. Je l’ai faite tant de fois depuis que je connais maintenant les proportions par coeur, et en une dizaine de minutes c’est plié. J’aime particulièrement prévoir ça lorsque nous avons des amis qui viennent goûter à la maison : à n’importe quel âge, tout le monde adore l’idée d’une gaufre frétillante de fraîcheur, et guette l’ouverture du gaufrier avec des yeux d’enfant.

(Je précise que cette pâte à gaufre n’est finalement qu’une pâte à crêpe plus épaisse et avec de la levure, ce qui permet de la cuire dans une petite poêle pour donner une crêpe un peu pancake si on a un enfant qui, parce qu’il a deux ans et demi et que c’est son boulot de s’opposer, dit que lui il veut une crêpe, pas une gaufre.)

Gaufres de fête foraine

Encore plus de recettes de gaufres ?

Suivez mon tableau « waffles » sur Pinterest!

Vous aimez cette recette ? Partagez vos photos sur Instagram !

Ajoutez le tag #cnzrecipes aux photos de vos réalisations. Je partagerai mes préférées !

Gaufres de fête foraine

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 5 minutes

Total : 1 hour, 20 minutes

Pour 6 personnes.

Gaufres de fête foraine

Ingrédients

  • 300 g de farine (j'utilise de la T65 bio)
  • 11 g (1 c.s.) de levure chimique
  • 1/2 c.c. de sel fin
  • 75 g de sucre de canne blond non raffiné
  • 100 g de beurre fondu tiédi (ou d'huile de coco, ou un mélange des deux)
  • 2 gros oeufs bio
  • 50 cl de lait (animal ou végétal)

Instructions

  1. Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le sel et le sucre.
  2. Creusez un puits au centre et versez-y le beurre et les oeufs. Fouettez pour incorporer avec une partie de la farine.
  3. Versez le lait doucement, tout en fouettant, pour obtenir une pâte homogène (quelques grumeaux ne tueront personne). La pâte sera plus épaisse qu'une pâte à crêpe.
  4. Couvrez et mettez au frais 1 heure. (La pâte se gardera ensuite un jour ou deux, mais donne les meilleurs résultats au bout d'une heure de repos.) Mélangez à nouveau avant d'utiliser la pâte.
  5. Faites préchauffer le gaufrier (sur le mien, la température idéale est 190°C). Huilez-le si nécessaire (le mien est anti-adhésif) et versez de la pâte dans les empreintes à l'aide d'une petite louche. Les empreintes doivent être bien remplies pour que les gaufres lèvent bien jusqu'en haut à la cuisson, mais pas trop non plus sinon la pâte débordera. Un ou deux essais seront sans doute nécessaires pour jauger la quantité idéale pour votre appareil ; assurez-vous de la graver dans votre esprit pour les fournées suivantes.
  6. Laissez cuire 5 à 6 minutes, jusqu'à ce que les gaufres soient bien dorées. Pour juger de la cuisson, surveillez la vapeur qui s'échappe de l'appareil : elle s'amenuisera lorsque les gaufres sont presque prêtes. A ce moment-là, vous pouvez ouvrir le gaufrier avec précaution pour voir si la coloration des gaufres vous convient (si vous ouvrez le gaufrier trop tôt, vous risquez de "casser" vos gaufres en deux par le milieu).
  7. Laissez reposer 2 minutes sur une grille avant de servir, avec du sucre glace, du sirop d'érable, des copeaux de chocolat, ou de la Vache qui rit (non, je plaisante).

Notes

  • Recette adaptée de celle d'Isabelle Guerre.
  • Si vous avez des restes de pâte mais pas envie de ressortir le gaufrier, vous pouvez aussi la faire cuire à la poêle pour faire des sortes de pancakes.

https://cnz.to/vf/recettes/biscuits-et-petits-gateaux/gaufres-de-fete-foraine/

Gaufres de fête foraine

  • Et bien je dirais que tu peux mesurer ta chance d’avoir un bonhomme qui s’oppose et fait un choix cornélien entre crêpe et gaufre… ici monsieur non-non s’entête à se délecter de pâtés, pommes de terre sautées, sardines et autres baguettes de pain craquantes. Point de sucré ! C’est assez étonnant, même. Ton billet sent bon la douce balade et le soleil printanier d’aujourd’hui l’accompagne. Bonne soirée.

  • mampetitpois

    Ahhhh qu’est ce que tu me tentes avec cette recette de gaufre comme je les aime. A chacun sa madeleine et son histoire ;-). Ma gaufre-madeleine à moi, je la mangeais à La Grande Motte chez les biens nommés « Mignon ». La gaufre Mignon restant jusqu’ici la référence ultime, l’inatteignable graal ! Je ne sais pas s’ils existent toujours…

    • Il semblerait que le glacier Mignon existe toujours. Un petit weekend revival s’impose, non ? 😉

  • Laetitia C

    Même si je voue un culte inconditionnel aux gaufres liégeoises dont tu as donné une recette il y a quelques mois, je te remercie pour cette recette ou il n’y a pas trop d’oeufs et pas trop de beurre. Il n’y a plus qu’a tester! Ma gaufre-madeleine est une gauffre complètement caramélisée d’un restaurant d’altitude de val Thorens… Étant tres peu sportive c’etait le seul moyen trouve par les parents pour que je passe 4h sur des skis!

    • Je suis ravie que tu aies adopté les gaufres liégeoises ! Celles-ci sont un peu différentes, plus légères et plus adaptées à l’impro.

      Quant aux gaufres caramélisées du restaurant d’altitude, ma curiosité est à son maximum ! Pas fan de ski non plus, mais parfois on peut monter et redescendre en empruntant les oeufs. 😉

  • Steph

    Miam miam ! Pas de retournage de gaufrier avec cette recette ? Quand je fais des gaufres légères, l’astuce pour qu’elles soient bien dorées des deux côtés et aient une belle forme est de verser la pate, fermer, attendre 10 secondes, retourner, laisser 2 minutes, retourner, laisser 2 minutes. Je pensais que c’était indispensable !

    • Je pense que ça marche encore mieux en retournant, mais il se trouve que mon modèle est un gaufrier qui ne se retourne pas. Du coup, tout est dans la juste quantité de pâte pour qu’elle remplisse bien les empreintes et donc dore des deux côtés.

  • Et c’est drôle que tu parles de faire cuire la pâte à gaufre au format pancake. J’ai fait exactement le cheminement inverse en essayant de faire cuire ma pâte à pancakes habituelle dans mon moule à gaufres (au plus fort de ma période « will it waffle » ?). Je pense que le gaufrier va reprendre du service pour tester ta recette…

  • miam miam, elles font drôlement envie tes gaufres 🙂

    merci pour la recette !

  • Hélène

    Ces gaufres font drôlement envie.
    Je viens d’acheter Veggivore et je me régale à chaque page. Je voudrais tester chaque recette… Dur de choisir ! Mon choix s’est finalement arrêté sur les pâtes au sarrasin. Ça fera ressortir ma machine à pâtes du placard. ^^

  • Solveig

    Je suis aussi tout à fait fan de ta recette de gaufres liégeoises, mais vais tenter celle-ci ! J’ai aussi un super gaufrier, reçu à Noël… Obligée de tester toutes les recettes qui passent !

    • Tu me diras ce que tu en penses, Solveig ! Et en ce qui concerne la newsletter, il semblerait que ton inscription n’ait pas été confirmée. Je viens de le faire manuellement donc tu devrais recevoir les prochaines.

      • Solveig

        Super ! Merci beaucoup Clotilde !
        À très bientôt !

  • Solveig

    Ça y est ! Recette testée ! Mardi gras oblige… ! Un franc succès !!! J’ai beaucoup aimé ! J’ai fait moitié beurre, moitié huile de coco… Mmm… Ce petit parfum… La prochaine fois je ferai huile de coco et lait végétal. Je crois cependant avoir un faible pour les liégeoises…
    Merci

    • Merci pour ce retour Solveig, je suis ravie que les gaufres vous aient plu !

  • Floriane

    Mon Dieu Clotilde, je ne te remercierai jamais assez ! J’avais déjà essayé les gaufres liégeoises que je ne connaissais absolument pas, et ce fut un régal ! Et hier soir, pour « fêter » la fin de la semaine, j’ai tester les gaufres « classiques » : quel délice ! « Light and crisp », comme tu l’écris, légères et cependant légèrement croustillantes à l’extérieur. Un vrai bonheur !!!

  • Punky Brewster

    Testées cet été : les meilleurs gaufres que nous ayons réalisées jusqu’à présent, merci Clotilde !
    (Je dis « nous » car en réalité, je fais juste la pâte, et c’est mon barbu qui s’occupe de la suite…)
    Nous avons bien apprécié « la crêpe un peu pancake qui cuit dans la poêle » pour un enfant, non le nôtre de deux ans presque et demi qui aime les gaufres comme n’importe quoi d’un peu gourmand, mais pour l’autre, celui de quatre ans et demi, dont il semble que ce soit toujours le boulot de s’opposer, et qui, au réveil de la sieste, se préparait à partir en cacahuète parce que lui ne voulait surtout pas de gaufre mais une crêpe justement… Ouf ! Merci 🙂
    Après ce goûter gourmand, nous avions super envie de tester les gaufres liégeoises mais nous n’avons pas pu car je m’étais contentée d’un lien vers la page de ton blog rapidement copié-collé sur mon fichier d’ordi et pas la recette en détail ; or pas de wifi au fin fond de Belle-Ile-en-Mer où nous avons passé nos vacances… et tant mieux en fait, ces gaufres liégeoises feront un délicieux goûter de rentrée, bientôt 🙂

    • Je suis bien contente ! Il faudra me donner des nouvelles des légeoises aussi. ^^

  • Emeline

    Recette testée avec de la farine t80, 60g de beurre et un peu de fleur d’oranger , elle a été largement approuvée par tous. Merci !

  • graffie

    Alors…. je suis très déçue !!! Hier soir, mardi gras donc, je rentre à la maison en annoncant fièrement à mes héritiers que j’allais faire des gaufres, avec une recettte sûrement super puisqu’elle venait du même site que la tarte tatin, la joue de boeuf aux epices, etc.. Je fais la pâte (avec du lait tiède pour gagner du temps de repos et aussi éviter les grumeaux), comme d’habitude je rajoute de l’eau de fleurs d’oranger et du rhum, on patiente un peu… Et à la dégustation, sourires un peu tendus, manque d’enthousiasme (mon gaufrier ne fait que 2 gaufres à la fois, donc je n’avais pas encore goûté ) , je m’inquiète… L’explication arrive avec un peu de gêne. « ben… c’est les mêmes que d’habitude ? ».
    Je vérifie : ben oui, recette identique. Celle de base du livret du gaufrier.

    Donc déception , ils n’avaient pas eu d’expérience, et pas de découverte d’une nouvelle recette à écrire dans mon cahier, et à réclamer pour d’autres goûters desserts.

    Attention Clotilde, la réputation est difficile à tenir !!! (Mais pour le prochain crash test j’ai promis le risotto à la cocotte, ça c’est sûr je n’ai jamais fait)
    😉

    • Ça alors ! Quel gaufrier ? Ma recette vient d’Isabelle Guerre (voir le lien dans le billet et la recette). Je me demande si elle-même l’a trouvée dans le livret de son gaufrier (elle ne précise pas la source) ou si c’est elle qui a contribué la recette pour le livret, comme elle est auteur culinaire !

      Enfin je suis surtout rassurée, quand les commentaires commencent par « je suis très déçue » mon coeur se serre. 🙂

      • graffie

        Pardon, j’aurais dû mettre un smiley au début…
        Pour le gaufrier, c’est un modele tefal, basique (un cadeau de supermarché avec les points de la carte de fidélité ), que j’ai depuis une douzaine d’années environ. Pas de thermostat, pas de retournement, juste des jeux de plaques gaufre grill et croque monsieur. Et une vilaine tendance à faire disjoncter le compteur pendant son préchauffage.

        Donc je confirme, très bonne recette, quelle que soit son origine ! (avec l’eau de fleurs d’oranger quand même)

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.






[11]
[11]
[11]
[11]