Comment ouvrir une noix sans casse-noix

Cet été, Maxence et moi avons pris un peu plus de vacances que d’habitude, et les trois semaines et demi (trois semaines et demi !) que nous nous sommes offertes nous ont permis d’entreprendre un mini-Tour de France pour profiter de nos familles et amis : Franche-Comté et Vosges pour commencer, puis cap vers le sud avec le Périgord, les Pyrénées ariégeoises, Toulouse, et enfin le Luberon.

Sans surprise, nous avons mangé comme des rois, et d’étape en étape nos bagages se sont alourdis de spécialités locales, façon Tour de Gaule d’Astérix.

La noix du Périgord n’est pas la moindre de ces merveilles : à mi-parcours de notre périple, nous sommes tombés sur La Maison de la noix à Cénac, un magasin entièrement consacré à la coquille brun doré. En plus de toutes les tartinades, confitures, terrines et gâteaux dont on pourrait rêver, j’ai été très enthousiasmée par les quatre variétés de noix proposées à la dégustation, casse-noix low-tech à l’appui.

« Oh, mais n’importe quel couteau fait l’affaire ! » m’a dit Marie-Laure. Et de me montrer comment, d’un habile tour de lame, elle arrivait à dompter les noix les plus coriaces.

La plupart des gens pensent qu’une noix est une noix est une noix, mais en examinant et en goûtant ces quatre-là côte à côte, on voyait bien qu’il n’en est rien : chaque variété a son propre calibre, sa propre forme, et son propre profil de saveur. La variété que nous avons le plus appréciée est la Lara, une très grosse noix douce et délicate avec très peu d’amertume. Nous en avons rempli un gros sac et nous sommes repartis, tout heureux à l’idée de les partager avec nos amis dans la maison que nous louions tous ensemble dans les Pyrénées ariégeoises.

Comment ouvrir une noix sans casse-noix ?

Hélas, vous vous souvenez peut-être que mon kit de cuisine minimaliste ne contenait pas de casse-noix, et la maison de location — dont la cuisine était par ailleurs bien mieux achalandée que je ne le craignais — n’en proposait pas non plus.

Quand j’ai fait part de mon désespoir à mon amie Marie-Laure, elle a répondu : « Oh, mais n’importe quel couteau fait l’affaire ! » Et de me montrer comment, d’un habile tour de lame, elle arrivait à dompter les noix les plus coriaces.

Insérer le couteau à la jointure

Cette astuce, qui n’est pas sans rappeller l’ouverture des huîtres mais présente un risque bien moindre de finir aux urgences, nous a fait bon usage tout au long des vacances, et nous a permis de venir à bout de nos deux kilos de Lara. J’ai pensé que ça pourrait vous être utile à vous aussi, donc voici la méthode :

Étape 1 : Prenez la noix dans une main (la gauche si vous êtes droitier) et tenez-la horizontalement, de telle sorte que la « couture » entre les deux demi-coques de noix prenne la position de l’équateur, et que la jointure fibreuse en forme de « + » soit face à vous.

Jointure

Étape 2 : Prenez un couteau ordinaire, mais pas trop fin, et insérez la pointe de la lame horizontalement dans la jointure (évidemment, faites très attention à ne pas riper et vous ouvrir la main ; gardez le côté coupant vers l’extérieur et appuyez-vous sur un plan de travail si vous êtes plus à l’aise).

Insérer le couteau à la jointure

Étape 3 : Tenez la noix fermement et tournez la lame comme une clé dans une serrure pour ouvrir la noix.

Noix ouverte

Étape 4 : Prélevez la chair, en brisant les demi-coques avec les doigts si nécessaire.

Noix décortiquée

Si certains morceaux de chair sont difficile à déloger, utilisez la pointe du couteau pour retirer les membranes qui séparent les cerneaux à l’intérieur de la coque, ce qui permettra de les libérer. (Ci-dessous, une moitié de noix avec la membrane retirée.)

Moitié de noix

Et avant de nous séparer, je ne résiste pas à la tentation de vous montrer mon casse-noix vintage, que j’ai quand même eu plaisir à retrouver en rentrant à la maison.

Mon casse-noix vintage "Le Cascoc"

Mon casse-noix vintage « Le Cascoc »

Participez à la conversation !

Avez-vous déjà utilisé cette technique ? Avez-vous d’autres trucs qui permettent de se débrouiller quand même quand l’ustensile adéquat fait défaut ?

Tags :
  • titel

    En vacances à Toulouse et dans les Pyrénées ariégeoises? Mais vous avez dû passer devant ma porte!
    Pour répondre à la question, eh bien c’est exactement comme ça que j’ouvre les noix (bien que j’aie un casse-noix, mais qui je trouve fait trop de …casse!), sauf que j’utilise…un ouvre huîtres! Et c’est bien plus rapide, il ouvre les noix exactement en deux parties.
    En tout cas c’est bien de faire partager cette astuce à ceux ou celle qui ne la connaissaient pas.

    • Nous étions tout près de Massat — c’est dans votre coin ?

      Bizarrement, il y avait bien un couteau à huître dans cette cuisine (la probabilité d’avoir des huîtres à ouvrir au beau milieu des Pyrénées ariégeoises me paraît faible, mais admettons) et l’un de mes amis avait eu l’idée de s’en servir comme vous, mais ça ne marchait pas aussi bien qu’un couteau ordinaire, parce que la lame était un peu trop fine. Ça dépend sans doute de la qualité de l’ustensile.

  • Anne-Laure Veille

    Ma technique est plus archaïque : j utilise 2 noix et j’en ouvre une avec l autre en la cassant sur la jointure
    Mais ça fonctionne bien 🙂

    • Tu veux dire que tu en prends une pour taper sur l’autre ?

      • Anne-Laure Veille

        Je tape pas, je mets les noix l une contre l autre au niveau de la jointure mais de manière perpendiculaire et je donne une pression avec mes deux mains
        Je vais essayer de te le filmer
        Et je te parle pas de la méthode de mon papa, tu prendrais peur 🙂

        • Compris, merci ! Et merci pour la chouette vidéo aussi. ^^ Je n’y arrive pas du tout avec les Lara rapportées du Périgord, mais je soupçonne qu’elles sont trop grosses et trop dures. (Ou alors je ne suis pas assez costaud.)

  • titel

    Oh Massat, je connais bien! Ce n’est pas vraiment mon coin, mais c’est assez près de chez moi, je suis dans le Volvestre (disons entre Toulouse et les Pyrénées ariégeoises). Ceci dit, on va souvent se ressourcer en Ariège, c’est reposant. Pour l’ouvre huîtres, le mien fonctionne très bien pour les noix, il est assez pointu mais relativement épais, c’est peut-être pour ça que ça marche!

    • Je ne connaissais pas du tout le coin, on y est allés un peu au pif en fonction des maisons disponibles sur Airbnb, et c’était une vraie bonne surprise. Quel charme et quelle ambiance à Massat !

      • titel

        C’est sûr 😉 et je ne dirai pas le contraire!

  • Marianne

    Et pour une version un peu fancy de cette technique : http://www.laboutiquedufutur.fr/lecureuilanoix-by-stilic-force-ouvre-noix,fr,4,ONX.cfm (ça leur a valu une récompense au concours Lépine quand même !)

    • Trop mignon ! C’est assez dingue pour le concours Lépine parce que manifestement l’originalité de leur invention c’est simplement la forme de l’écureuil, mais il faut avouer que c’est assez irrésistible. ^^

  • Julie

    C’est exactement comme ça que j’ouvre mes noix…et je suis du Périgord!! Qu’as tu visité de beau par chez moi à part la maison de la noix ??

    • C’était une visite éclair cette fois-ci, mais on connaît bien la région parce que Maxence a de la famille à Gourdon. Là, on a passé du temps à La Roque-Gageac, le chouette petit marché, et on a beaucoup aimé manger au Colombier, une super ferme-auberge un peu à l’extérieur.

  • émilie

    quand il n’y a qu’un seul casse noix, et qu’il y a beaucoup d’impatients 😉 c’est souvent comme ça que les noix sont ouvertes !!!
    elles ont l’air vraiment très grosses tes noix ?

    j’aime beaucoup le petit écureuil de la boutique du futur dont le lien a été donné par Marianne 🙂

    • Oui, c’est vrai, c’est une bonne façon de satisfaire une tablée au moment du dessert noix-clémentines, beaucoup pratiqué chez mes parents. 🙂

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.






[11]
[11]
[11]
[11]