Comment découper une grenade (en 4 étapes simplissimes)

Quand j’étais à San Francisco il y a quelques semaines, j’ai vu mon amie de longue date Elise, qui est arrivée avec un petit sachet de biscotti au chocolat faits maison, et quelques fruits de son jardin.

Parmi ces fruits, il y avait une grenade, et j’ai mis un moment à m’en remettre. Comme j’ai grandi à Paris, la grenade reste pour moi un fruit ultra exotique, que j’imagine confusément pousser dans quelque forêt tropicale avec des oiseaux multicolores et des singes qui sautent d’un arbre à l’autre — le genre de fruit dont je fais une consommation modérée, à cause de l’empreinte carbone.

Le jus de grenade est d’une couleur sublime, certes, mais souhaitez-vous vraiment en consteller vos vêtements ?

Et pourtant j’adore ça. J’aime croquer dans les petites graines qui éclatent d’un jus acidulé, et j’aime en saupoudrer sur les légumes mijotés et les salades, en particulier cette salade de kale à l’avocat et à la coriandre que j’ai faite plusieurs fois à San Francisco.

Comment découper une grenade ?

J’ai donc reçu cette grenade locale avec une joie non feinte, et au moment où je m’apprêtais à la couper pour en extraire les graines — debout devant le beau plan de travail en marbre de Heidi — j’ai décidé de prendre quelques photos pour vous donner la technique si pratiquez peu le dégoupillage de grenade (je ne pouvais pas ne pas la faire).

Je viens d’entendre parler d’une technique qui consiste à tabasser la grenade à la cuillère en bois et j’essaierai à une prochaine occasion, même si je ne suis pas convaincue que ça fasse gagner tant de temps que ça. (Et puis, quelle agressivité !)

0. Avant de commencer, mettez un tablier et remontez vos manches. Le jus de grenade est d’une couleur sublime, certes, mais souhaitez-vous en consteller vos vêtements ?

Grenade

1. Avec un couteau bien aiguisé, découpez le haut et le bas du fruit, juste pour dévoiler les graines. Pratiquez ensuite quatre entailles verticales tout autour du fruit, en coupant dans toute l’épaisseur de l’écorce mais en vous arrêtant juste au moment d’atteindre les graines.

Grenade

2. Mettez la grenade dans un bol profond rempli d’eau et séparez-la en quatre quartiers sous l’eau (ça évite qu’il y ait du jus qui gicle).

Grenade

3. En travaillant toujours avec les mains dans l’eau, détachez les graines de la membrane spongieuse, et mettez de côté les partie non comestibles au fur et à mesure. Les morceaux de membrane vont flotter à la surface tandis que les graines tomberont au fond.

Grenade

4. Et voilà ! Prélevez les graines du fond du saladier, et égouttez-les entre vos doigts en retirant les éventuels petits bouts de membrane récalcitrants.

Une grenade de taille moyenne pesant environ 260 grammes donne à peu près 150 grammes de graines, ou 240 ml en volume. Ces graines se congèlent très bien, et décongèlent rapidement placées dans un bol d’eau.

Participez à la conversation !

C’est comme ça que vous vous y prenez avec les grenades, vous aussi ? Et qu’est-ce que vous aimez faire avec les graines ?

Tags :
  • Natacha

    Dans mon reader juste apres ce post , il y avait cette video 😉

  • Wouiii !!! Je fais comme toi, j’avais vu ça sur le blog le hamburger et le croissant, ça marche nickel sans retapisser sa cuisine ! J’aime particulièrement la grenade dans les salades, pour le coté acidulé et croquant qu’elle apporte. Sans compter que c’est super joli, toutes ces petites billes rouges translucides !

    • Je suis d’accord, je trouve ça sublime aussi, et donc je prends un grand plaisir esthétique à décortiquer tout ça. 🙂

  • Génial ! Je testerai à la prochaine grenade. Car c’est fastidieux, ça fait partie des raisons pour lesquelles j’en consomme très peu, en plus de l’empreinte carbone (aussi !). C’est dommage car c’est bourré d’antioxydants, ça ne peut pas faire de mal de temps en temps ^_^

    • Effectivement ! Tout est dans la modération…

  • suzanne

    Bonjour,
    Je viens d’un pays où les grenades poussent et donnent des fruits bien rouges, bien juteux et d’un goût exquis.
    j’aime croquer les graines nature, mais j’aime aussi ce dessert simple que me faisait ma maman toute petite et qui consiste à couper une banane et les mélanger avec les graines de grenade dans du lait légèrement sucré mais bien vanillé. le mélange entre le doux et le fondant de la banane et le croquant acidulé de la grenade sur un fond de lait qui marie les deux est pour moi divin! Essayez et dites-moi ce que vous en pensez.
    Bien à vous,
    suzanne

    • Merci pour cette belle suggestion, je vais tenter ça ! Et il faut nous dire de quel pays il s’agit. 🙂

  • Super! J’ai justement mangé une grenade hier soir, ce qui a donné lieu à une longue discussion sur le plaisir du dépiautage, qui n’est pas sans rappeler celui du crabe.
    J’adore la grenade avec tout, les fruits, les salades, les légumes, le granola. C’est une graine de bonheur!
    Merci pour cette technique que je vais tester dès le prochain achat.

    • Je vois tout à fait ce que tu veux dire, et j’avoue que je suis d’une nature impatiente qui n’aime pas trop s’escrimer avec les pattes des crabes. 🙂 Quelle bonne idée de mettre de la grenade dans un bol de granola !

  • Gaële

    Merci pour tes conseils, car je ne connaissais pas l’astuce du bol d’eau et malheureusement le jus tapissais mon plan de travail… J’aime la manger en salade car son côté acide réhausse les saveurs. Mes filles préfèrent les manger natures !

    • Ravie de t’être utile. Tu me diras si tu essaies ?

  • oxalis

    Ce fruit du paradis est le symbole de l’Arménie.
    Pas attirée par la méthode de l’eau ni par la méthode agressive non plus, je préfère la méthode douce, quand on aime on ne compte pas…..et puis au moins les petites membranes indésirables ne se mêlent pas aux graines qui restent intactes….
    Une amie m’a rapporté du Liban de la mélasse de grenade, c’est un super produit aussi!

    • Merci pour l’info et le lien ! Fruit du paradis, quel joli nom. Et je suis moi aussi une grande fan de mélasse de grenade (on en trouve sans difficulté dans les épiceries orientales à Paris) mais finalement je trouve que ça n’a de commun avec le fruit que le nom.

  • Cécile

    Génial!! Je viens justement d’acheter une grenade et ne connaissais pas cette technique, que je vais donc tester sous peu!
    Côté utilisations, j’avais mangé une fois dans un restaurant un tzatziki à l’aneth saupoudré de grains de grenade… fabuleux! Sinon, dans les salades, de fruits ou salées (par exemple dans la salade au petit épeautre de Cléa)

    • Oh, ce tzatziki devait être super joli en plus d’être bon !

  • génial ! merci pour ces conseils! je vais tester prochainement, j’aime beaucoup la grenade 🙂

    belle journée

  • caponata

    Merci pour cette méthode que je vais essayer tout de suite ! moi j’utilise la cuillère en bois côté peau, au-dessus d’un grand bol, et plutôt dans l’évier, pour éviter les taches ( très tenaces ). C’est très rapide, ça ne traumatise pas les grains (que je sache) et je retire très peu de bouts de membranes du bol. Je mets des gants fins pour éviter d’avoir les doigts tout noirs.
    Pour moi aussi la grenade c’est le goût de l’enfance : pour mon goûter, ma mère me préparait un grand bol de pépites déjà décortiquées, avec des bâtons de canne à sucre fraîche à côté….

    • Quel beau souvenir, il faut nous dire où tu as grandi ! Et effectivement, un des avantages de la méthode sous-marine, c’est qu’on risque moins de se tacher.

  • Emma

    Bonjour Clotilde,
    Merci pour cette technique astucieuse ! Et une petite précision sur les pays où pousse la grenade, qui ne sont pas si exotiques que ça : il y en a dans la plupart des pays méditerranéens (Espagne, Grèce, Liban…), il y en avait même dans le jardin de mes grands-parents à Toulon ! Beaucoup moins exotique que la mangue ou le litchi, donc ! 🙂

    • Je me souviens m’en être aperçue en visitant Dubrovnik il y a quelques années : depuis les ramparts, on voit plein de magnifiques arbres fruitiers dans les micro-jardins de la vieille ville, dont des grenadiers. 🙂

  • Jessica

    Merci Clotilde de partager ces explications. Je vais enfin ne plus m’escrimer comme le pauvre garçon de la vidéo citée plus haut dans les commentaires.
    J’adore le grenade Classique sur un yaourt à la grecque avec un peu de sirop d’agave.
    Mais j’ai testé récemment un accord plus audacieux : quelques grains sur des huîtres fraîches.
    Les contrastes iodé / acide – sucré / salé et mou / croquant m’ont ravi le palais !

    • Ohlala, grenade et huître, je n’y aurais pas pensé, mais comme c’est intriguant ! Et juste à temps pour les fêtes…

  • Daisy

    La mère d’une amie géorgienne met partout des graines de grenade, dans les plats sucrés et salés. Je les mets dans les salades de fruits et dans la salade d endives avec noix et pamplemousse rose . C est délicieux et la salade est très jolie !

    • Ah oui, ça doit être super, cette salade. Je note l’idée, merci !

  • Maud Thiery

    bonjour Clotilde!
    pour egréner une grenade je la roule fortement à la main sur une surface dure:on l’entend craquer. je roule jusqu’à ce qu’elle ne fait plus de bruit.je la coupe en deux et je la presse au dessus d’un bol comme un citron! rapide et efficiënt!

    • Merci pour cette technique ! Par contre, si j’ai bien compris, elle convient pour faire du jus, mais pas pour extraire les graines entières, si ?

  • On trouve également des grenades en novembre sur les marchés provençaux.
    Je file dans ma cuisine essayer la méthode du bol d’eau. Et pour ce midi, les grains iront dans la salade de mâche (même producteur que les grenades).

  • Gabie

    C’est définitivement le meilleur moyen pour éplucher une grenade. J’ai essayé et ça m’a ravi merci beaucoup!

  • Punky Brewster

    Alors moi je tape avec la cuillère en bois, ça me fait beaucoup de bien quand je suis énervée – et je suis souvent énervée !
    Mon barbu, qui est d’un naturel (beaucoup) plus calme, préfère la méthode de l’eau comme toi.
    L’avantage de la méthode de la cuillère, je trouve, c’est que ça permet d’avoir un fond de jus de grenade dans le saladier, ce que tu ne peux pas avoir avec la méthode de l’eau.
    Et ce jus fait merveille ensuite dans les sauces des salades composées avec la dite grenade, ou bien moi je l’adore dans le fond d’une assiette de miam-ô-fruit !
    Enfin, le plus important, quelle que soit la méthode, c’est quand même le tablier à manches, non ?
    Parce que qu’est-ce qui tache davantage que le sang, la grenade et la betterave crue ???
    (à part le curcuma frais, bien sûr, qui est définitivement hors compétition)

    • Oui absolument, les grenades devraient être vendues avec un petit autocollant « attention » ! ^^ Mais je trouve que pour ça, la méthode sous-marine est moins risquée.

Recevez la newsletter

Recevez GRATUITEMENT par email mes toutes nouvelles recettes, plus des infos et astuces exclusives. Vous pouvez aussi choisir d'être notifié dès qu'un nouveau billet est publié.

Lisez la dernière edition de la newsletter.






[11]
[11]
[11]
[11]